Whole30

Publié par

Après mon post consacré à Bright Line Eating, une insta-copine ( harmonylu_ ) m’a demandé si j’avais déjà entendu parler de Whole30 ( qui se situe un peu dans la même veine du pas de sucre et du fait maison que BLE). Non seulement je connais Whole30 mais il y a quelques années, j’ai même acheté le livre « it starts with food » qui détaille le concept du Whole30. Je l’ai lu avec intérêt… j’ai juste fait l’impasse sur la mise en oeuvre.

20180621_183026.png

Après la question d’harmonylu_ , j’ai relu « it starts with food » et je me suis souvenue pourquoi je ne me suis pas lancée. Le Whole30 est fort contraignant, notamment en ce qui concerne la source des glucides. Ils ne sont pas bannis mais il faut les trouver dans une portion de patates douces, de potiron, de panais ou de navets plutôt que dans une pomme de terre vapeur ou un sachet de riz. Cela revient à emporter son repas partout car la cantine ne propose pas quotidiennement des patates douces ou des panais.

Commençons par le début: d’abord les auteurs nous expliquent quels sont les aliments potentiellement nocifs ou pauvres en nutriments qu’il faudra éliminer pendant un mois. Cela va des produits laitiers ( ainsi que de leurs alternatives à base de soya) aux légumineuses en passant par le sucre et les céréales. Vous ne boirez ni vin, ni sodas, ni jus de fruits ou autres smoothies. Au bout de 30 jours, certains aliments pourront être réintroduits progressivement, groupe par groupe, pour examiner leur effet sur notre bien-être.

Le Whole30 est axé sur les protéines d’origine animale, ce qui va à l’encontre de la théorie développée par exemple dans le documentaire « Forks over Knives » qui ne jure que par les protéines végétales. Une assiette Whole30, c’est une portion de protéines animales de la taille de la paume de la main, entourée de légumes. Cela m’irait mieux si je pouvais ajouter quelques cuillerées de riz ou une pomme de terre en chemise…

Il faut voir le Whole30 comme une sorte de detox d’un mois où l’on renonce à consommer un ensemble d’aliments ( on se sépare définitivement de certains mais on peut en réintroduire d’autres au bout des 4 semaines) pendant une période donnée pour évaluer les effets positifs sur sa santé et sur son poids. D’après les auteurs, cela peut changer votre vie…

Qui serait partant pour essayer? Nous pourrions nous encourager mutuellement autour d’un petit dej constitué d’une omelette aux brocolis agrémentée d’une rondelle de panais, avec une demi banane comme dessert. Si cela vous inspire, laissez-moi un commentaire…

1) « It starts with food » est disponible sur Amazon en version numérique ( Kindle)

2) « Forks over knifes » est un documentaire proposé par Netflix ( oui, il n’y a pas que des séries même si actuellement je suis accro à « The 100 »).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s